Abus sexuel ou inceste subis dans l’enfance ou l’adolescence

1. Définition

Les abus sexuels perpétrés sur des enfants, à l’intérieur ou à l’extérieur de la famille, ne sont pas différents de ceux commis sur des adultes. On les classe de la même manière :

  • violences sexuelles n’impliquant pas de contact corporel: exhibitionnisme, contrainte à voir du matériel pornographique, harcèlement téléphonique à connotation sexuelle, gestes et paroles obscènes, remarques grivoises, insultes sexistes, propositions sexuelles importunes, voyeurisme, courriers pornographiques, etc.
  • violences sexuelles avec contact corporel: attouchements, caresses et baisers imposés, masturbation de l’agresseur, obligation à prendre des postures dégradantes, etc.
  • violences sexuelles avec pénétration ou tentative de pénétration: qu’elle soit génitale, anale, buccale, par le pénis, par les doigts ou par un objet.

Le plus souvent ces actes dont commis par un proche, père, frère, un autre membre de la famille ou de l’entourage, parfois par un inconnu.

Ces abus ont des répercussions majeures sur le développement des enfants et leur devenir d’adultes. Ils constituent une cause importante de mal-être chez les jeunes, qui peut affecter leurs comportements et se manifester de différentes manières, par exemple troubles de l’alimentation, dépression, prostitution, toxicodépendance et suicide.

2. Que puis-je faire aujourd’hui alors que les faits remontent à 10, 20, 30 ans ou plus ?

Vous vous rendez compte que tenter d’oublier ou “faire semblant de rien” est une stratégie qui a ses limites. Après avoir étouffé dans le silence, vous avez décidé de parler et d’affronter ce “dragon qui empoisonne votre vie”. Mais voilà, souvent le délai pour porter plainte est dépassé depuis longtemps; par ailleurs vous craignez de ne pas être bien entendue ou que votre révélation se retourne contre vous.

La colère contre celui qui vous a fait du mal est légitime et toujours présente. Il s’agit alors de trouver, sur le plan personnel, une autre forme de réparation.

Des personnes compétentes et solidaires sont prêtes à vous écouter et à vous comprendre. L’Association Viol-Secours, le Centre LAVI et le Centre de consultation thérapeutique pour les victimes d’abus sexuel (CTAS) à Genève, l’Association Faire Le Pas à Lausanne reçoivent beaucoup de victimes d’abus sexuels subis dans l’enfance et/ou l’adolescence.

Ne désespérez surtout pas ! Si vous avez tenu bon jusqu’à présent, c’est que vous savez trouver en vous-même les ressources pour aller de l’avant.